• Gala Fur

Choisir sa cage

« Madame, je porte une cage de chasteté bien trop petite pour mon sexe. Puis-je vous dédier ma souffrance ? » En plein confinement, la supplique d’un solitaire enfermé depuis des semaines dans son petit deux pièces m’a touchée. Dire « oui » aurait hélas signifié un véritable engagement de ma part. Cet inconnu - en manque de dépendance comme il y en a tant, un manque exacerbé par l’oppression d’un confinement en solo - m’aurait immanquablement relancé par la suite.

Non, je n’allais pas accepter pareille responsabilité au risque de me pourrir la vie. Ç’aurait été comme adopter un chaton alors qu’on sait très bien qu’on ne sera pas en mesure de s’en occuper sur la durée. Sans compter qu’un homme qui s’encage tout seul, et qui possède donc un équipement non considéré comme « un produit de première nécessité », peut être tout simplement narcissique, jouissant à tout instant de la légère compression de son pénis et d

e ses testicules et comblant ainsi ses pulsions masochistes en solo.




A mes débuts, j’ai accepté sans réfléchir la clé d’une cage. Un jeune soumis qui débutait dans le SM avait acheté une cage de chasteté sur le Net. Il était puceau, et sans doute timide avec les filles, malgré un physique avenant. Il affirmait refuser la pénétration parce que « il ne voulait pas être un homme ordinaire » (comme papa ?). C’était le modèle CB 2000 en résine transparente qui, comme toutes les cages, est une contrainte lorsqu’il faut uriner, se laver, s’asseoir ou marcher.



Voilà-t-y pas qu’un dimanche à un déjeuner chez ses parents, une douleur aigue lui noue l’entrejambe ! Je réponds au téléphone, il m’appelle au secours, mais je ne peux pas l’aider. Il est à Versailles, les clés de sa cage sont chez moi à Paris. Alors il la scie dans les toilettes à l’aide d’un couteau à viande pour libérer son pénis volumineux, déjà bleui par la compression. Doté d’un sexe énorme au naturel, il avait sans doute bandé sous la table familiale en pensant à moi (ou simplement à sa cage !) et l’expansion avait compressé son pénis jusqu’à ce que la douleur devienne insupportable.

Par la suite, ce jeune homme a acheté la fameuse prison de Morgane, la Rolls des cages de chasteté en métal. J’ai refusé de garder la clé : il est dangereux de scier soi-même une cage métallique portée, même avec une bonne scie à métaux. En fait, je n’étais pas intéressée par une relation avec un jeune inconscient pour lequel tout ceci n’était qu’un jeu intermittent. Aujourd’hui, je pense qu’il était accro à l’état d’excitation diffuse de la contention qui le titillait en permanence.



A mes yeux, confiner soi-même son pénis quand on n’est pas engagé dans une relation suivie n’a aucun sens : il faut une femme (ou un homme) à qui faire le don de cette dépendance, une personne dont la toute puissance décide du moment de la libération de l’encagé puisque c’est elle qui possède la clé des champs, une personne qui a la volonté de réduire son soumis à un état de dépendance et qui en tire un grand plaisir cérébral.

Etre encagé est une étape importante du dressage dans un couple gynarchique. C’est la maîtresse ou le maître qui plonge son soumis dans un état de frustration, même si le contrôle de la cage se fait parfois à distance, même si le double de la clé se trouve chez l’encagé, dans une enveloppe scellée qu’il pourra ouvrir en cas de souci.

Certains hommes ont, pendant ce long confinement qui nous a tous éprouvés, une mesure moyenâgeuse imposée par la toute puissance des différents gouvernements de la planète, demandé à leur maître.sse à être encagé durant toute la durée de cette limitation de leurs libertés. En plus d’être choisi et, bien sûr, jouissif, cet emprisonnement intime, personnel et secret, fait un pied de nez à la gestion politique autoritaire de la crise sanitaire. C’est une manière de se sentir libre que de choisir sa prison et son geôlier.

Galerie du mois. La cage à oiseau (birdcage) de l’artiste Wim Delvoye, artiste plasticien belge qui travaille à Gand, datent des années 1990. Il s’est fait connaître grâce à son installation Cloaca, une machine à caca qui reproduit la digestion et qui fonctionne véritablement.

La cage métallique : (1880-1920 empêchait les jeunes garçons de se masturber. collection Wellcome, Londres.

La cage disco : photographie de Michael par lui-même.



#BDSM #appartenance # soumission